Le contribuable doit pouvoir obtenir le service pour lequel il contribue avec le paiement de ses impôts. La crise économique nous assomme de triple A, de dégradation des capacités de remboursement des états...

La grande oubliée est qu'aucune agence de notation ne tient compte des risques financiers liés à la surexploitation des ressources naturelles. Le Programme pour l'environnement des nations Unies (PNUE) propose que soit pris en compte la manière dont les états gèrent leurs actifs naturels (entendez : ressources naturelles) estimant que cela pourrait attirer les financeurs. On sait à présent que le suivi d'indicateurs liés aux ressources naturelles permettent de connaître les impacts économiques associés à leur détérioration.

Certaines entreprises se sont lancées dans des suivi d'indicateurs simples qui leur permettent de mesurer leur retour sur investissement (ROI) et d'arbitrer des décisions. L'économie circulaire commence à entrer dans les stratégies d'entreprise, et la RSE - Responsabilité Sociale des Entreprises - est entrée petit à petit dans les réflexions.

Les risques à court et moyen terme pourraient alors être anticipés et chiffrés.

Je vous recommande le très bon article le Philippe Collet qui pointe les 3 risques relevés par le PNUE.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/dette-souveraine-empreinte-ecologique-17088.php4

La France peut-elle se passer d'énergie fossile pour les 20 prochaines années ?

Vos remarques et suggestions seront reprises lors d'une table ronde qui sera organisée début 2013.