Les difficultés de financement de certaines entreprises tiennent davantage à l’orientation de l’épargne qu’à la quantité d’épargne disponible en France.

Les recherches de financement deviennent plus délicates car la règlementation du système bancaire est méconnue de la plupart des dirigeants. La fiscalité devrait accompagner l'orientation de l'épargne vers l'entreprise, soit par l'investissement privé (love money, business angel), soit par les fonds de capital risque, soit par le système bancaire.

Les grandes entreprises bien notées par la Banque de France n’ont pas de difficulté pour trouver du financement bancaire à des conditions attractives. Par contre, l’accès aux crédits ou financements bancaires est beaucoup plus difficile pour les ETI, les PME, comme pour les grandes entreprises moins bien notées.

Nous rappellerons que toutes les mesures visant à renforcer les fonds propres vont donner des possibilités de trouver des concours bancaires. Sans fonds propres, une banque ne pourra pas faire crédit. En effet, ce n'est pas sa vocation de prendre des risques entrepreneuriaux. C'est aux entrepreneurs de le faire ! C'est pourquoi débuter une entreprise, quelque soit sa taille, et encore plus pour une micro-entreprise, les fonds propres seront le seul moyen de ne pas être hyper fragilisé par le moindre retard de paiement, les reports de commandes, et subir les caprices économiques sans pouvoir agir. L'entreprise qui lance de nouveaux projets doit se soucier d'adapter sa structure juridique de la société au projet, évaluer une niveau suffisant d'assise financière, si la régularité des flux d'activité de l'entreprise, si elle a la capacité à contenir ses risques, et quelles garanties elle peut apporter face à une demande de financement. financer Il est possible d'avoir une réflexion sur le financement des actifs de l'entreprise. Il s'agit en fait de mobiliser des créances commerciales contre de l'argent frais en trésorerie. C'est possible quelle que soit la taille de l'entreprise !

Nous constatons que trop de dirigeants n'ont pas de connaissances suffisantes en comptabilité-finance. Comprendre les encours moyens, les flux, les marges de son entreprise pour pouvoir les comparer à celles de son secteur d'activité, est un bon moyen de dialoguer avec son banquier pour trouver les solutions de financement.

La nouvelle règlementation Bâle II et III met l'accent sur la maitrise des risques. Il est essentiel de comprendre nouveau contexte réglementaire pour bien monter ses dossiers de crédit.

Nous sommes prêts à aider les responsables d’entreprise dans ce domaine. Inscrivez-vous et faites-nous connaître votre projet : http://www.approches.com/infos-coordonnees.html